Jeudi 20 Juillet 2017
espace presse écrivez-nous plan du site
 
   
> Plan interactif > @-Formalités
> Entre Boulonnais, vos petites annonces > Espace accueil familles
> E-Bibliothèque > Adresses utiles
> Brochures > Inscription newsletter
> La ville recrute  
Vous êtes: 
Exposition : Duke Ellington Panorama

ImageDu 14 novembre au 15 décembre, le Carré Belle-Feuille accueille la remarquable exposition Duke Ellington Panorama. Le big band de Laurent Mignard rendra hommage au Duke, le 14 décembre.

> Projection du film Paris Blues, avec Paul Newman, Sydney Poitier et Louis Armstrong, le 14 novembre à 20h30 au Grand Carré. Entrée gratuite sur réservation.
> Concert « Ellington French Touch » de Laurent Mignard, le vendredi 14 décembre à 20h30.
Réservations au 01 55 18 54 00, sur place de 13h à 19h du mardi au samedi ou sur en ligne et sur le réseau Fnac et Ticketnet.
Carré Belle-Feuille, 60 rue de la Belle-Feuille
 

 



La petite histoire dit qu’Edward Kennedy
Ellington, né le 29 avril 1899 à Washington, composa son premier morceau à 16 ans. Le jeune homme, issu d’une famille de la petite bourgeoisie, et qui gagne quelque argent en tant que garçon de café, l’intitule Soda Fountain Rag. Déjà, ses amis le surnomment « Duke ». Mais personne ne sait, encore, qu’après des études d’art décoratif, Duke Ellington, pianiste, compositeur, arrangeur chef d’orchestre, révélateur d’innombrables talents, marquerait, à jamais, tel un Louis Armstrong, l’histoire du jazz et de la musique du XXe siècle. Mieux qu’un long discours, l’exposition présentée au Carré Belle-Feuille, retrace en 12 étapes, visuelles et sonores, de façon chronologique et thématique, la carrière du maître. Un travail concocté par la Maison du Duke, association loi de 1901, sise à Paris, et ses exégètes Philippe Baudoin, Isabelle Marquis, Christian Bonnet et Claude Carrière, dont le feuilleton « Tout Duke » sur France Musique, de 1976 à 1984 sonne encore aux oreilles.

Du blues à la musique sacrée

Des années Cotton Club, à Harlem, où Ellington, l’alchimiste dansant du swing, crée le style « jungle », à sa collaboration avec le génial Billy Strayhorn, de suites musicales subtiles comme Black Brown and Beige aux échappées furieuses d’un big band chaud bouillant, « Tout Duke » ou presque, est là. Par son charisme et sa subtilité, Ellington, de Caravan à la composition de musique sacrée, aura marqué, outre ses auditeurs, des générations entières de créateurs jusqu’à Mingus ou Coltrane. Le film Paris Blues de Martin Ritt, dont il créa la musique en 1960 et rappelle son attachement à la France, sera projeté le 14 novembre. Last but not least est annoncé, pour le 14 décembre, le Laurent Mignard Duke Orchestra, voué à la musique d’Ellington qui disparut le 24 mai 1974 à l’âge de 75 ans. Disparu mais immortel.

> Projection du film Paris Blues, avec Paul Newman, Sydney Poitier et Louis Armstrong, le 14 novembre à 20h30 au Grand Carré. Entrée gratuite sur réservation.
> Concert « Ellington French Touch » de Laurent Mignard, le vendredi 14 décembre à 20h30.
Réservations au 01 55 18 54 00, sur place de 13h à 19h du mardi au samedi ou sur en ligne et sur le réseau Fnac et Ticketnet.
Carré Belle-Feuille, 60 rue de la Belle-Feuille
.

Image

 

Version imprimable
 
 
ACCUEIL - VIE MUNICIPALE - DÉCOUVRIR LA VILLE - CADRE DE VIE - À TOUT ÀGE - SPORT ET CULTURE - SOLIDARITÉ SANTÉ - VIE ASSOCIATIVE - MENTIONS LÉGALES